MODUS OPERANDI 2018 nl

 

Liever dan beslissen worden er systemen geproduceerd die voor ons beslissen. Het geloof dat deze systemen beter kunnen beslissen want over meer informatie beschikken is sterk. Transparantie is echter niet menselijk. De menselijke geest is een slecht selectietool meer dan een harde schijf.

 

Statistiek is heilig, cijfers spreken voor zich (niet tot ons).

De menselijke soort is een nieuw soort verzamelaar. Feiten verzamelen om systemen te voeden.

 

Naast het goede en het kwade is er het amorele. Dat wat niet goed of slecht is, buiten het morele veld. Dat wat zich bevrijdt heeft van de last van het morele, van het kiezen. Onze maatschappij bevindt zich grotendeels in deze operationele modus. Hier geen oorzaken die gevolgen hebben wel kettingreacties. Er is een vergeten oorzaak die er niet toe doet. Er is iets in beweging gezet dat niemand kan stoppen. De eerste dominosteen viel en sindsdien blijven er domino’s vallen.

 

Het economische systeem is zonder doel, de economie draait of sputtert. Politici moeten de economie draaiende houden. Maar ook individuen hebben de plicht te ondernemen, te participeren, te spenderen. Iedereen moet meewerken, met welk doel?. Ooit was het doel welvaart en vrije tijd. Nu stevenen we onze ondergang tegemoet, een trein zonder rem.

 

Economische crisissen zijn virtueel, politiek is virtueel. De financiële crisis van 2018 heeft de reële economie nauwelijks geraakt. België een jaar zonder regering draaide identiek.  

 

De catastrofes die ons bedreigen zijn virtueel, ze doen niet meer dan dreigen.

 

Kan de wereld wel echt vergaan, als hij niet meer bestaat?

 

De geschiedenis en de toekomst storen ons. Daarom worden ze gereinigd, functioneel gemaakt. Ook de natuur is witgewassen. De ecologische ramp waar we op afstevenen is geïntegreerd, we geloven nu dat ze niet echt zal plaatsvinden. Statistisch is de kans zeer klein, maar als...dan zijn de gevolgen enorm.

 

Ook het esthetische is vernietigd. Alle kunst is evenveel waard, van een wc tot een Van Gogh . In de virtuele wereld is de esthetische waarde vernietigd. We bedrijven kunst, zonder artistieke overtuiging.

 

De operationaliteit roept de vraag op: tu existes? Onze maatschappij is een soort zombie: een levende dode, symbolisch dood. Leven werd ergens onderweg functioneren. Gebeuren de dingen nog echt? Hebben ze nog een plaats om te gebeuren? Als alle mogelijke scenario’s reeds zijn geschreven en becommentarieerd en geanalyseerd, is er geen plaats meer voor dingen om echt plaats te vinden.

 

Alle mogelijke catastrofes zijn reeds bedacht, beschreven. De reële catastrofe is zo verdwenen. Ze is niet meer dan een dreiging, die niet kan plaatsvinden.

 

Tv zenders hebben de reportages bij de dood van nog levende mensen, vanaf dan zijn deze symbolisch dood. Het gebeurde reeds dat deze werden uitgezonden en achteraf bleek dat ze nog leefden. Men wacht niet tot de dood om deze te laten gebeuren.

 

Het ridicule idee dat alles wat bedacht kan worden, gerealiseerd moet worden. Pornografie is de monsterlijke realisatie van oude seksuele fantasmen. Van toen we nog konden fantaseren zonder de vrees dat iemand deze beelden zou realiseren.

 

Gedachten mogen dan niet zondig zijn, hun realisatie is dat wel.


 


 

 

 

MODUS OPERANDI 2018 fr


Plutôt que de prendre des décisions, on développe des systèmes, qui décident pour nous.

La croyance que ces systèmes peuvent prendre de meilleures décisions car ils ont plus d'information est forte. La transparence par contre, n'est pas humaine. Le cerveau humain est plutôt un mauvais instrument de sélection qu'un disque dur.

 

Les statistiques sont sacrales, les chiffres parlent pour eux (pas à nous).

L'être humain est un nouveau type de collectionneur.

Collectionner des faits pour nourrir des systèmes.

 

Outre le bien et le mal, il existe l'amorale. Ce qui n'est pas bien ni mal, en dehors du champ morale. Ce qui c'est libéré de l'embarras du morale, du choix. Notre société est en grande partie dans ce mode de fonctionnement. Pas de causes qui provoquent des conséquences, mais des réactions en chaîne. Il y a une cause perdue, est n'a plus d'importance. Un mouvement a été mis en route que personne ne sait plus arrêter. Le premier domino est tombé et depuis lors des dominos continuent à tomber.

 

Le système économique n'as pas de finalité, est sans but. L'économie tourne ou tourne mal. Les politiciens doivent maintenir l'économie en marche. Mais aussi les individus ont le devoir de dépenser, de participer, d'entreprendre. Tout le monde doit participer, à quel but? Il était une fois, l'objectif était la prospérité et les loisirs. Mais aujourd'hui on a perdu contrôle, un train sans freins.

 

Les crises économiques sont virtuelles, la politique est virtuelle. La crise financière de 2018 n'a touché à peine l'économie réelle. Une année sans gouvernement, la Belgique tournait identique.

 

Les catastrophes qui nous menacent sont virtuelles; elles ne font rien de plus que menacer.

 

Est-ce que le monde peut réellement périr si celui-ci n'existe plus?

 

L'histoire et l'avenir nous dérangent. Pour cela on doit les purifier, les rendre fonctionnels. La catastrophe écologique vers laquelle nous nous dirigeons a été intégrée, nous pensons maintenant que cela ne se produira pas. Statistiquement, la chance est très faible, mais si.... alors les conséquences sont énormes.

 

Aussi l'esthétique a disparu. Tout l’art vaut autant, d'une toilette jusqu'à une Van Gogh. Dans le monde virtuel, la valeur esthétique a été détruite. Nous faisons de l'art sans conviction artistique.

 

L'opérationnalité impose la question: Tu existes? Notre société est une sorte de zombie: un mort vivant, mort dans le sens symbolique. La vie est devenue quelque chose en mouvement. Les choses ont-elles encore vraiment lieu? Ont-ils encore un endroit? Lorsque tous les scénarios possibles ont déjà été écrits, commentés et analysés, il ne reste plus de place pour laisser avoir lieu la vie réellement.

 

Toutes les catastrophes possibles sont déjà conçues, décrites. La véritable catastrophe a disparu. Ce n'est rien de plus qu'une menace qui ne peut se produire.

 

Les chaînes de télévision ont les reportages sur la mort des personnes vivantes. Dès lors elles sont symboliquement mortes. Il s'est déjà produit que ceux-ci ont été diffusés et il s'est avéré par la suite qu'ils étaient encore en vie. On n'attend plus la mort.

 

L'idée ridicule que tout ce que peut être pensé doit se réaliser. La pornographie est la réalisation monstrueuse des vieux fantasmes sexuels. Il fût un temps où nous pouvions encore fantasmer sans craindre que quelqu'un ne réalise ces images.

 

Les pensées ne sont peut-être pas immorales, leur réalisation l'est certainement.